Ekosport, n°1 du sport Outdoor
Le n°1 du Sport Outdoor en Europe : Partenaire de la Fédération Française de Ski

Qu’est-ce que le système des 3 couches ?

Pour rester bien au chaud lorsque vous faites du sport, mais aussi réguler votre température pendant l’effort, pas la peine d’empiler les vêtements et de passer son temps à s’effeuiller puis se rhabiller. On vous explique ce qu’est le système des 3 couches, un incontournable des activités de montagne.

Qu’est-ce que le système 3 couches ?

Pour appréhender le système 3 couches, il faut comprendre comment fonctionne votre corps pendant l’effort, mais également les facteurs qui permettre un bon maintien et une bonne régulation de la chaleur. Lorsque vous faites du sport, vous transpirez. Vous avez donc besoin de vêtements qui vont évacuer cette transpiration vers l’extérieur, c’est le rôle principal de la première couche. En effet, si l’humidité stagne sur votre peau, alors le froid environnant se fera immédiatement plus saisissant. Par ailleurs, vos vêtements doivent en outre vous aider à conserver à chaleur dégagée par votre corps, vous isoler des caprices de la météo et continuellement favoriser l’évacuation de la transpiration. Ces trois missions seront remplies par la deuxième et la troisième couche.

La première couche : la couche de transfert

Aussi appelée couche de base ou de confort, c’est la couche la plus importante pour un système 3 couches pour le ski efficace. Elle consiste en un sous-vêtement technique. Vous aurez le choix entre des fibres synthétiques qui offrent une grande respirabilité et qui, grâce à leur caractère hydrophobe, sèchent rapidement et la laine mérinos. Cette dernière est également un matériau parfait pour un système 3 couches pour le ski puisqu’elle apporte un regain de chaleur et évacue aussi la transpiration. Vous la choisirez surtout pour des journées passées à un rythme tranquille en station ou quand il fait très froid. En revanche, elle est assez fragile. Un système 3 couches pour le ski de randonnée par exemple, avec des moments d’efforts très intenses dans les phases d’ascension, nécessite une couche de base hyper respirante et donc en fibres synthétiques comme le polyester, l’acrylique, le polypropylène ou la chlorofibre.

Selon les conditions climatiques, vous pourrez ajuster les vertus de votre couche de base en optant pour un modèle à manches longues ou courtes, à col roulé ou col rond, moulant ou simplement ajusté.

Bon à savoir : oubliez le coton !

S’il est très confortable, le coton est à bannir quand on cherche une bonne couche de confort. En effet, il absorbe énormément l’humidité et met beaucoup de temps à sécher. Sensation de froid garantie même en été !

La deuxième couche : place à l’isolation

La couche d’isolation (intermédiaire ou de chaleur) est là pour vous tenir chaud. Elle va également recevoir l’humidité dégagée par la couche de transfert, il est donc important qu’elle soit, elle aussi, respirante. Pour un bon système 3 couches pour le ski, votre couche isolante doit emprisonner l’air autour de votre corps afin de conserver la chaleur que vous dégagez naturellement.

Vous pourrez choisir un vêtement isolant en fibres synthétiques comme la polaire qui a l’avantage de conserver ses qualités isolantes même humide. Par ailleurs, elle dispose d’une bonne respirabilité et sèche vite. Vous pouvez également vous orienter vers le duvet, avec une doudoune fine qui vous offrira un apport de chaleur inégalé surtout lors des phases statiques.

Ajuster sa couche d’isolation selon son activité

S’il est désagréable d’avoir froid sur les pistes, avoir chaud n’est guère plus confortable et risque de précéder un gros coup de froid. Il est donc important de choisir une couche isolante adaptée à la saison et à l’intensité de votre activité.

Pour un bon système 3 couches pour le ski de randonnée, jouez avec le grammage de la polaire. Choisissez une version légère pour les phases d’efforts intenses et une plus chaude pour les passages plus faciles ou lorsque vous êtes à l’arrêt.

Pour une journée tranquille en station où les phases statiques (remontées mécaniques, pauses au restaurant d’altitude) sont plus fréquentes que les moments de forte intensité physique, un système 3 couches pour le ski efficace comprendra un vêtement isolant chaud (duvet ou fibres synthétiques) avec une ouverture au niveau du cou afin de trouver la bonne isolation tout au long de votre sortie.

En cas de coup de chaud, c’est cette couche que vous devrez retirer pour réguler votre température corporelle et éviter de trop transpirer, mais à condition d’avoir une troisième couche respirante et coupe-vent.

La troisième couche : l’essentiel pour une bonne protection

La troisième couche (de protection ou externe) est celle qui va vous protéger des basses températures et des caprices de la météo et sera, vous l’aurez compris, votre veste. Essentielle à un bon système 3 couches pour le ski, elle doit être imperméable et respirante. Ces deux spécificités lui permettront d’empêcher que l’humidité extérieure ne s’insinue dans votre tenue et provoque une sensation de froid tout en permettant à la transpiration de s’évacuer. Les membranes Gore Tex ou Primaloft répondent à ces deux exigences.

Pour connaitre le niveau d’imperméabilité de votre blouson de ski, consultez l’étiquette. Par exemple, si elle indique, 10 000/8 000, cela veut dire que l’indice d’imperméabilité de votre veste est de 10 000 mm Shmerber, soit parfaite pour le ski sur pistes, et que la respirabilité est de 8 000 g/m2/24 h, soit l’idéal pour une activité de loisirs.

Votre troisième couche devra également vous apporter une certaine isolation thermique grâce à sa doublure. Avec ouate (Thermolite, Thinsulate, STR, Microloft, Polartec, polyester), elle emprisonne l’air autour du corps pour une bonne conservation de la chaleur corporelle. En duvet, l’apport de chaleur est supérieur, les frileux préfèreront donc cette option. C’est aussi un matériau très léger.

Dans le cas d’un système 3 couches pour le ski de randonnée, préférez une veste de ski dite Hardshell. Respirante, imperméable et coupe-vent, elle n’apporte aucune chaleur. Cela vous permettra de ne pas avoir trop chaud lors des phases intenses et d’être parfaitement protégé des agressions extérieures même sur les sommets. Le label Gore Windstopper vous permettra de bénéficier d’une protection renforcée contre le vent tout en respectant la règle de la respirabilité du tissu. Si vous faites ce choix, votre deuxième couche devra alors jouir d’une isolation thermique maximale.

Bon à savoir : soignez les détails pour une bonne couche de protection

Pour une imperméabilité parfaite, les coutures de votre veste de ski doivent être collées ou thermo-soudées. Une jupe pare-neige vous permettra également d’empêcher les incursions de neige dans votre système 3 couches.

Le système 3 couches, une technique à ajuster

Selon les conditions météorologiques, vous pourrez moduler le concept du système 3 couches à condition de toujours bien respecter l’ordre des vêtements. En cas de froid extrême, vous pourrez ainsi mettre deux polaires au grammage moyen pour pouvoir en ôter une dans les passages difficiles avant de la mettre à nouveau quand l’effort devient moindre. Si les températures sont douces, mais que le vent est fort, vous pouvez tout à fait vous passer de la couche intermédiaire pour ne pas souffrir de coups de chaud inutilement. Par ailleurs, il existe des sous-vêtements en polaire qui combinent la fonction de couche de base et de couche intermédiaire à porter à même la peau en cas de froid extrême.

Et pour le reste du corps ?

Si l’on parle surtout du système 3 couches pour le ski pour le haut du corps, dans le but de se protéger efficacement du froid, il faut également adopter ce concept pour le reste du corps. Pour les pieds, les mains et jambes, vous n’aurez en revanche que deux couches. Leggings thermiques, sous-gants ou sous-chaussettes se devront d’offrir une bonne respirabilité pour un transfert de l’humidité dégagée vers les couches supérieures.

Pour les gants et le pantalon, vous rechercherez les mêmes qualités techniques que pour une veste : imperméable et ventilation. Selon vos préférences, vous trouverez des modèles à la doublure plus ou moins chaude. Pour les chaussettes, choisissez des fibres synthétiques respirantes et au séchage rapide pour une bonne conservation de la chaleur. La laine mérinos peut à nouveau être une bonne option. Enfin, pour la tête, combinez chaleur et sécurité avec un casque doté d’une doublure chaude et de différents points d’aération pour une bonne ventilation.

Pas la peine de trop en faire pour avoir chaud à la montagne ! Maintenant que vous connaissez le système des 3 couches pour le ski, faites du sport en toute légèreté et parfaitement protégé !

trois points-clés à retenir pour comprendre le système 3 couches :
  1. Pour un système 3 couches ski efficace, chaque vêtement doit être doté d’une bonne respirabilité ;
  2. Selon votre activité, les spécificités de votre couche intermédiaire et externe seront différentes ;
  3. Pour s’adapter aux différentes conditions météorologiques, le système 3 couches est tout à fait modulable.