Ekosport, n°1 du sport Outdoor
Le n°1 du Sport Outdoor en Europe : Partenaire de la Fédération Française de Ski

Quelle veste de trail choisir ?

Parmi l’équipement nécessaire aux traileurs, la veste est un indispensable. On peut la choisir légère et en tissu souple pour simplement se garder au chaud. Mais pour affronter les intempéries, il vous faudra bien plus qu’une couche supplémentaire. Retrouvez les points clés à étudier pour bien choisir votre coupe-vent imperméable et vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas sortir par mauvais temps !

Les critères clés pour choisir sa veste de trail

Qu’elle soit d’été, d’hiver ou de pluie, le confort doit rester votre maître mot. Outre la qualité du tissu et de la membrane, les points suivants se révéleront être de vrais atouts pendant votre course. Lors de l’achat de votre veste de trail, pensez à :

  • L’aisance du mouvement : coupe large ou ajustée, à vous de voir.
  • La forme de la capuche : elle doit être facile à mettre, à ajuster et à ranger.
  • Le nombre de poches, les fermetures étanches si besoin, leur accessibilité.
  • Des manches élastiques ou un espace transparent au poignet pour la montre si vous aimez courir au chrono.
  • Le poids : autant sur vos épaules que dans le sac à dos, plus elle sera légère, plus elle sera pratique.
  • La respirabilité pour ne pas faire sauna sous sa veste.
  • L’étanchéité de la membrane pour courir au sec.
  • La sécurité : misez sur les bandes réfléchissantes, notamment si vous êtes amené à courir de nuit.
Textile respirant : quelles mesures ?

Pour mesurer la respirabilité d’un tissu, les marques américaines s’appuient sur le système RET, alors qu’en Hexagone, on parle de MVTR. En RET, plus le chiffre est bas, plus le textile est respirant. Le top étant qu’il soit inférieur à 6 pour une évacuation maximale de l’humidité lors d’un effort intense. En MVTR, la fourchette va de 5 000 (peu respirant) à 30 000 (ultrarespirant).

Choisir sa veste coupe-vent pour le trail

Légère, compacte et pratique, elle est un indémodable du trail. D’une part, même lors d’une météo clémente, vous n’êtes pas à l’abri d’une petite brise ou d’un coup de vent en altitude. D’autre part, la veste coupe-vent est idéale pour garder les muscles au chaud à l’échauffement ou après l’effort, et éviter de prendre froid. De plus, on opte pour un modèle doté d’un traitement déperlant pour contrer les premières gouttes de pluie.

Ainsi, ce vêtement est multifonction et vous couvre dans une variété de situations et de météos. Néanmoins, en cas de pluie annoncée, il faudra s’équiper d’une véritable veste imperméable.

Vestes imperméables : ce qu’il vous faut pour courir au sec

Ce n’est pas un peu d’eau qui vous arrêtera ? Pour autant, ne courez pas sous la pluie sans une veste imperméable. Elle permet de rester au sec, bien entendu, mais également de ne pas perdre de chaleur, surtout si le temps se rafraîchit. Pour bien la choisir, il faut prendre en compte deux mesures. Votre pardessus doit être à la fois imperméable et respirant. Il faut généralement un bon compromis entre les deux, car plus un produit résiste à l’eau, moins il évacue la transpiration, et inversement. C’est pourquoi il faudra choisir sa veste de trail en fonction de l’effort (entraînement ou course), la durée et la météo.

Mesurer l’imperméabilité d’un textile

Le Schmerber est une unité de mesure permettant d’évaluer l’imperméabilité d’un tissu. Plus son nombre est élevé, plus le textile résistera à la pluie. Notez néanmoins que plus un vêtement est étanche, plus il est lourd et moins il est respirant.

Le confort de course est invariablement impacté par la qualité de votre équipement. La veste de trail ne fait pas exception. Choisissez-la dans un matériel imperméable et respirant pour une aisance de mouvement et un bien-être de course maximisés.

Les trois points-clés à retenir pour choisir sa veste de trail :
  1. Confort et liberté de mouvement sont les deux critères pour choisir sa veste de trail.
  2. Optez pour un minimum de 8 000 Schmerber pour rester au sec.
  3. Visez un RET inférieur à 10 ou un MVTR supérieur à 12 500 pour assurer la respirabilité du tissu pendant l’effort.