Ekosport, n°1 du sport Outdoor
Le n°1 du Sport Outdoor en Europe : Partenaire de la Fédération Française de Ski

Fat, freeride, freerando ou encore all-mountain, les dénominations sont multiples, mais peu de skieurs savent à quoi elles correspondent. Et c’est sans s’approcher des données techniques : cambre, rayon, ligne de côte, largeur au patin… Tellement de paramètres à prendre en compte qu’on en perdrait son latin ! Voici notre guide pour mieux cerner les différences entre plusieurs modèles et savoir comment choisir ses skis freeride.

Qu’est-ce que le freeride ?

« Freeride » : Si aujourd’hui, il a un nom, avant, cela s’appelait tout simple du ski. Avant, avant les congés payés, avant les vacances aux sports d’hiver, avant la démocratisation du ski récréatif, avant, quand on chaussait ses skis pour se déplacer, en toute liberté, au cœur de la montagne enneigée. Et c’est cet esprit « aventurier » qui anime encore de nos jours les adeptes du freeride. En français, on le nomme « hors-piste ». Vous aussi, vous avez été piqué par le virus de la poudreuse, de la neige légère, des espaces vierges. Alors si la poudre est votre came, bienvenue dans le monde du freeride.

Les nouveaux venus devront s’équiper en conséquence : d’une part, de skis taillés pour la pow-pow, et d’autre part, du matériel de sécurité nécessaire.

La sécurité en hors-piste

Assurer sa sécurité et celle des autres, c’est le principal enjeu en hors-piste. Pour cela, partez à plusieurs, apprenez à utiliser votre matériel en amont et vérifiez les conditions météorologiques avant toute sortie (météo, indice de risque avalanche, BRA…).

Votre profil de freerider

Avant de savoir comment bien choisir ses skis freeride, il faut déjà savoir quelle sorte de freerider vous êtes. En effet, le freeride est un terme générique qui englobe bien des pratiques. Chacune d’entre elles joue sur une note différente : certaines mettent en avant l’effort et le challenge, d’autres recherchent l’adrénaline, certaines visent le dépassement de soi… Il y a donc une multitude de profils de freerider. Ici, retrouvons les quatre grandes catégories qui correspondent aux différentes gammes de skis freeride sur le marché.

Le polyvalent

Vous êtes à l’aise sur tout type de neige, autant vous aimez dévaler de belles pistes damées, autant vous ne pouvez pas vous empêcher de vous aventurer sur les bords de pistes les jours de neige fraiche. Un peu « touche-à-tout », il vous faut choisir un ski freeride polyvalent : c’est la gamme All Mountain.

Le freerider pur et dur

Sortir en hors-piste, c’est vous évader et toucher du bout du doigt la liberté des anciens. Vous ne jurez que par la poudreuse, même si parfois les conditions neigeuses ne sont pas au top ! C’est donc dans la gamme 100 % freeride que vous devrez choisir votre ski freeride.

Le freerider au naturel

Assez du snowpark et de ces modules construits de la main de l’homme ? Vous recherchez plus de latitude avec l’envie d’exploiter les obstacles de Mère Nature. Et cette dernière a plus d’un tour dans son sac. Barres rocheuses, souches d’arbres, couloirs et bosses, il y a de quoi s’amuser dans l’arrière-pays. Choisissez des skis freestyle « backcountry », parfaits pour faire quelques figures hors-piste.

Le randonneur

Cela fait des années que vous ne vous êtes pas approché d’une remontée mécanique. Vous gravissez les sommets à la sueur de votre front. L’extase de la descente n’est d’ailleurs au rendez-vous que si l’effort a été important. Adepte de la freerando, il vous faut opter pour des skis freeride de randonnée orientés descente.

L’équipement du skieur hors-piste

On ne le dira jamais assez : toute sortie en hors-piste nécessite un matériel de sécurité dont un DVA, une sonde et une pelle. Pour sa propre protection, on s’équipe également d’un casque, d’une dorsale et d’un sac à airbag.

Les caractéristiques des skis freeride

Les skis all-moutain

La gamme all-mountain s’adresse aux freeriders occasionnels, qui s’évadent de temps à autre des pistes. Il lui faut donc être bon sur neige damée comme en poudreuse. Dur dur ! Ils sont dotés d’un léger rocker d'un cambre classique et d'une largeur au patin comprise entre 80 et 100 mm. Les fabricants notent généralement en pourcentage l’usage piste/hors-piste. Par exemple, un ski 40 % piste 60 % poudreuse sera plus maniable hors-piste.

Les skis backcountry

Mélange de freestyle et de freeride, cette gamme allie les caractéristiques techniques des deux catégories. Il s’agit donc de skis avec doubles rockers pour skier en switch et une position centrale des fixations pour de meilleures rotations. À cela s’ajoute un patin large pour un maximum de portance sur neige fraiche. Et le tout pour un poids défiant toute concurrence : la légèreté est la condition sine qua non pour enchainer les sauts et les tricks. Cette légèreté sera toutefois compensée car vous aurez besoin de fixations solides et donc lourdes.

Les skis 100 % freeride

Il s’agit là de matériel très spécialisé, dédié à la pratique du ski hors-piste exclusivement. Les skis freeride sont larges, très larges. Ils ont donc hérité du doux sobriquet de « fats ». On compte plus de 110 mm au patin, contre moins de 80 mm pour un ski de piste. Le cambre est inversé, ce qui signifie que le patin est le seul point de contact avec la neige, contre deux pour un ski « normal ». Généralement équipé d’un rocker en spatule, le déjaugeage est garanti et la sensation de portance à son paroxysme. Avec un rocker au talon, vous gagnez en maitrise de trajectoire.

Les skis de randonnée

Pour un max de plaisir en freerando, il faudra partir d’un modèle « 100 % freeride » auquel on adaptera des fixations de randonnée. Le point clé, c’est le poids. Visez sous la barre de 2 000 g si vous aimez le dénivelé. Si en revanche, vous vous rapprochez du spot en remontée mécanique, alors vous pourrez assurer une belle descente avec des skis jusqu’à 2 500 g. Vous trouverez des modèles spécifiques appelés « Freerando ».

Quelle taille de ski choisir pour le ski freeride

Pour avoir une meilleure portance dans les champs de poudreuse, le ski freeride est légèrement plus long qu’un ski alpin de piste. On le prend à une taille équivalente à la sienne. Pour les petits gabarits ou les poids plumes, on peut envisager de réduire de 5 cm la longueur du ski afin de conserver une bonne maniabilité. Dans la même lignée, les skieurs plus costauds peuvent aller jusqu’à 10 cm de plus que leur taille.

Pour bien choisir ses skis freeride, il faut avant tout bien se connaitre : son style, son niveau, ses envies, son utilisation et sa fréquence. Alors on penchera plus vers une gamme plutôt qu’une autre. Une fois bien chaussé, il faudra penser à compléter son équipement avec tout le matos de sécurité nécessaire à la pratique du hors-piste.

Les trois points-clés à retenir pour bien choisir ses skis freeride :
  1. Il faut choisir son ski freeride selon sa pratique (polyvalent, 100 % freeride, rando, backcountry) ;
  2. J’adapte la taille de mes skis à mon gabarit et à mon niveau ;
  3. Je m’équipe pour ma sécurité et celle des autres.