Ekosport, n°1 du sport Outdoor
Le n°1 du Sport Outdoor en Europe : Partenaire de la Fédération Française de Ski

Comment choisir ses fixations de ski de randonnée ?

Lorsqu’on commence à s’intéresser de plus près aux fixations de ski de randonnée, l’on se rend rapidement compte de la variété des modèles en rayon. Sécurité en termes de déchaussement, skiabilité et poids sont les trois grands curseurs qui font évoluer le prix. Retrouvez nos conseils pour faire le bon choix de fixations de ski de randonnée en fonction de votre budget et de votre pratique.

Les différents types de fixations de ski de randonnée

En ski de randonnée, comme dans tous les sports de glisse, les fixations font partie intégrante du matériel. Et bien choisir ses fixations de ski de randonnée, c’est s’assurer à la fois un confort de pratique mais aussi un maximum de sécurité. Tour d’horizon des différents modèles disponibles pour le ski de randonnée : fixations à inserts low tech et high tech, et fixations à plaques.

Les fixations à inserts ont été les premières à arriver sur le marché. On les qualifie d’ailleurs de fixation de ski de randonnée « low tech », c’est donc l’équivalent du Nokia 3310 comparé à un Smartphone : une batterie infinie, un écran incassable et téléphoner comme unique utilité. La fixation low tech est aussi fiable que ce téléphone première génération, ne peut être utilisée que pour la randonnée et compte parmi les plus légères du marché.

La nouvelle version des fixations à inserts, dernièrement arrivée dans les rayons, tente un meilleur compromis entre le poids et la sécurité. Les fixations sont généralement équipées d’un système de ressorts à l’avant qui permet un déchaussage latéral en butée. On y gagne donc en sécurité, même si l’on y perd côté poids. Pour aller plus loin, certaines fixations de ski de randonnée proposent même un réglage DIN en butée (en plus du réglage traditionnel en talonnière). Ce qui offre plus de précision.

Le troisième type de fixations de ski de randonnée est directement importé du ski alpin. Il s’agit de la fixation à plaque. Comme en ski station, la butée et la talonnière sont liées entre elles par une plaque. Cela permet un réglage aisé car il suffit de faire glisser la talonnière le long de son rail pour l’adapter à n’importe quelle chaussure. Si, côté sécurité, on ne peut pas mieux faire, car on dispose du même système de déchaussement qu’en ski alpin, cette sécurité supplémentaire se paie en grammes. On dépasse rapidement les 1 600 g par paire, alors que les low tech n’atteignent pas les 900 grammes.

Comment choisir la bonne fixation de ski de randonnée ?

Si le budget permet généralement de trancher entre deux modèles, c’est avant tout sur votre pratique qu’il faudra vous pencher pour choisir la fixation de ski de randonnée la plus adaptée à vos envies.

Les adeptes de la compétition, du chrono et des gros dénivelés hisseront le poids en critère numéro 1. Dans ce cas, les fixs à insert low tech et certains modèles dédiés à la compétition finiront au top du classement avec des poids entre 300 et 900 grammes. Pour alléger d’autant plus le matériel, on pourra troquer les stop-skis pour une leash à accrocher aux mollets. Compter environ 200 grammes supplémentaires si vous souhaitez ajouter des couteaux à vos skis. Ce sont l’équivalent des crampons. Ils se placent entre la butée et la talonnière et ont pour mission principale de casser la croûte glacée pour une accroche optimale.

A contrario, les amateurs de freerando et de randonnée de proximité, qui trouvent en ce sport la liberté du freeride plus que le plaisir de l’effort, opteront pour des fixations de ski de randonnée à plaque. Certes, elles sont bien plus lourdes et donc plus adaptées à de courtes distances et à des dénivelés raisonnables. En revanche, elles offrent un maximum de sécurité en descente, notamment à une allure soutenue. De plus, la majorité s’adapte aux chaussures de ski alpin, permettant une utilisation polyvalente sans avoir à investir dans un équipement exclusif et dédié au ski de randonnée.

Enfin, les fixations de ski de randonnée de nouvelle génération s’adressent à un public averti, qui randonne régulièrement mais qui souhaite malgré tout conserver la sécurité de déchaussement du ski alpin, quitte à forcer un peu plus à la montée.

Le réglage DIN

Le DIN est une unité de mesure qui permet de paramétrer le déclenchement du déchaussement en fonction de plusieurs critères dont vos taille, poids et niveau de ski. Vous déchaussez donc moins souvent qu’avec une paire de fixations sans réglage DIN.

Normes et standards en ski de randonnée

Dans cette discipline, il existe deux normes principales édictées par l’organisme européen ISO, ainsi qu’une multitude de standards imaginés par les fabricants eux-mêmes. Lors du choix d’une fixation de ski de randonnée, il est primordial de s’assurer qu’elle sera compatible avec vos chaussures actuelles et celles à venir. Pour les fixations de ski de randonnée, il s’agit d’ISO 13992. Les chaussures sont quant à elles liées à la norme ISO 9523. Que veulent dire tous ces chiffres ? Et bien simplement que n’importe quelle fix ISO 13992 pourra être utilisée avec n’importe quelle chaussure ISO 9523.

D’autre part, vous apercevrez sûrement le logo « TÜV » sur votre matériel. Il s’agit d’un organisme de certification, abréviation de Technischer ÜberwachungsVerein, qui assure que les fabricants respectent les normes. C’est donc un gage de qualité additionnel.

Choisir ses fixations de ski de randonnée est très personnel. Certains sont prêts à tout pour grappiller quelques grammes, d’autres craignent de ne pas déchausser au bon moment, d’autres encore s’inquiètent de la polyvalence du matériel. Faire le bon choix, c’est donc prendre en compte ses envies, sa pratique et sa fréquence tout comme ses capacités physiques pour s’équiper de fixations de ski de randonnée adaptées.

Les trois points clés à retenir pour choisir ses fixations de ski de randonnée :
  1. Les fixations à insert low tech sont les plus légères ;
  2. Les fixations à plaque ont la même sécurité de déchaussement que les fixations alpines ;
  3. Les stops ski et les couteaux alourdissent l’équipement.