Ekosport, n°1 du sport Outdoor
Le n°1 du Sport Outdoor en Europe : Partenaire de la Fédération Française de Ski

Comment choisir ses chaussures de running ?

Le running connaît un succès fulgurant depuis plusieurs années. Accessible à tous, la course à pied nécessite peu d’équipement si ce n’est des baskets à toute épreuve. Suivez le guide pour savoir comment choisir ses chaussures de running.

Bien choisir ses chaussures de running pour bien courir

Lorsque l’on se met à la course à pied , on découvre bien vite que des baskets de running spécialement conçues pour cette discipline sont nécessaires à une pratique assidue. En effet, une chaussure pour courir ne sert pas simplement d’interface entre vous et le sol, elle a bien d’autres missions. Tout d’abord, grâce à sa semelle et au maintien apporté au niveau du talon, elle va vous permettre d’effectuer vos foulées en toute stabilité.

Si le running est un exercice cardio hors pair, il peut cependant s’avérer éprouvant pour les articulations, c’est pourquoi des baskets de course à l’amorti adapté sont obligatoires pour limiter les ondes de choc et ainsi protéger votre capital osseux. Votre chaussure de course à pied va également vous apporter une protection contre les intempéries grâce à son empeigne (la partie supérieure de la basket) et une accroche maximale sur vos terrains de prédilection.

Comment se compose une chaussure de running ?

Pour bien choisir ses chaussures de running , il faut connaître les différents éléments qui la composent :

  • La semelle d’usure : c’est la base de la chaussure de course . Elle détermine son adhérence, sa résistance au sol, et influe également sur l’amorti.
  • La semelle intermédiaire : c’est elle qui fait le caractère de la chaussure de running en matière de dynamisme et d’amorti.
  • La semelle intérieure : d’elle dépendra votre confort. Elle permet de maintenir le pied en place et doit être composée d’un matériau respirant pour évacuer la transpiration.
  • La tige : il s’agit de toute la partie qui recouvre le pied. Fine et souple, elle est souvent en mesh, un tissu fin qui permet une bonne aération. Elle est renforcée à l’avant et sur les côtés afin d’optimiser la stabilité du pied dans la chaussure running.
  • Le contrefort : il se trouve à l’arrière de la basket et maintien le talon et le pied en place pendant les foulées.
  • Les maintiens latéraux : certains fabricants ajoutent un élément de maintien sur le côté des chaussures pour renforcer l’action du contrefort.

Choisir ses chaussures de running selon sa foulée, la règle essentielle

Lorsque l’on souhaite choisir des chaussures de running, la première chose à déterminer est son type de foulée. Cela va vous permettre de savoir où l’amorti de vos chaussures doit se trouver pour parer aux ondes de choc de l’attaque et de la propulsion. Il existe trois types de foulées :

  • Universelle : on estime que 50 % des coureurs ont ce type de foulée. La phase d’attaque talon se fait au centre, et la propulsion à l’avant du pied, toujours au centre.
  • Pronatrice : les chaussures de running pronateur (45 % des coureurs) ont des zones d’amorti situées à l’extérieur du talon et à l’avant, sur l’intérieur du pied.
  • Supinatrice : la phase d’attaque talon est légèrement déportée vers l’extérieur, tout comme la phase de propulsion à l’avant.
Bon à savoir : quel modèle choisir avec des semelles ?

Si vous portez des semelles orthopédiques, vous n’aurez pas d’autre choix que de prendre des chaussures de running pour foulée universelle.

L’amorti, une question de poids

Si l’amorti que vous retrouverez sur votre chaussure de course à pied dépendra de votre foulée, il sera aussi influencé par votre poids. En effet, l’onde de choc provoquée par une foulée représente entre 3 et 5 fois le poids du coureur. Au-delà de 80 kg, une chaussure de running pour homme doit proposer un amorti supplémentaire. Cette option est également intéressante pour la chaussure de running pour femme au-dessus de 60 kg. Si c’est votre cas, attardez-vous donc sur la matière de la mousse intermédiaire, c’est là que les fabricants insèrent les technologies d’amorti supplémentaires.

Pour évacuer l’énergie provoquée par le choc de chaque foulée, la majorité des fabricants utilisent de l’EVA, une résine issue du plastique, pour constituer la semelle intermédiaire de leur chaussure de running. Particulièrement flexible, elle dispose d’un amorti inégalé même si, sur certains modèles, du gel, de l’air ou du TPU, une autre matière plastique, viennent renforcer son action.

Quelles chaussures de running pour les adeptes de foulée naturelle ?

Depuis plusieurs années, bon nombre d’amateurs de running souhaitent revenir à l’essence de la discipline et s’inscrivent donc dans une pratique la plus épurée possible. Ces adeptes de ce que l’on appelle la « foulée naturelle » s’orientent donc vers des chaussures pour courir qui comportent le moins d’artifices possible. Amorti, maintien, stabilité passent au second plan, seules les sensations comptent. Ils optent par ailleurs pour des baskets « drop zero », c'est-à-dire qui ne présentent pas de différence de niveau entre le talon et l’avant du pied, comme c'est le cas la plupart du temps sur les chaussures de course (surélévation jusqu’à 10 mm).

Cette petite aide permet de soulager le tendon d’Achille, mais pour les amateurs de foulée naturelle, elle est superficielle et ils lui préfèrent donc une semelle à niveau homogène. Si vous souhaitez vous essayer à cette façon d’appréhender la course, vous aurez besoin d’une période de transition pour habituer votre tendon, mais aussi les muscles du bas du mollet, à être sollicités d’une nouvelle manière. En effet, la plupart des chaussures de ville possèdent une différence de hauteur entre le talon et la pointe, il faut donc acclimater votre corps en douceur pour ne ressentir aucune gêne. Pour ce faire, augmentez progressivement la longueur de vos entraînements avec une chaussure de course « drop zero » pendant plusieurs semaines avant de retrouver votre rythme de croisière.

Chaussures de running pour homme vs chaussures de running pour femme

Longtemps, les chaussures de running pour femme n’étaient que des versions plus petites des baskets de course homme . Les chercheurs ont depuis démontré qu’il existe des différences morphologiques entre les pieds des deux sexes. En effet, les femmes ont un talon plus étroit que la pointe. Si elles achètent une chaussure de running pour homme, elles risquent de sentir leurs talons glisser vers l’intérieur de la chaussure.

Les femmes sont aussi bien souvent plus légères que les hommes, elles ont donc besoin de coussinets d’amorti moins denses que ceux du sexe opposé pour une meilleure absorption des impacts. Par ailleurs, la fluctuation du taux d’œstrogènes chaque mois influe sur les tissus mous, ce qui abaisse la voûte plantaire. De ce fait, les femmes ont un modèle de marche et de course spécifiques. Une basket adaptée à cette spécificité permettra un meilleur ancrage grâce à un maintien et une souplesse étudiés, pour un déroulé parfait. Pour toutes ces raisons, une chaussure de running pour homme n’aura pas les mêmes caractéristiques techniques qu’une chaussure de running pour femme . Tenez-en donc bien compte au moment de choisir vos baskets de course à pied .

À chaque terrain sa chaussure de course

Le type de terrain sur lequel vous allez courir sera également déterminant dans votre choix de chaussures de running . En effet, chaque revêtement a ses spécificités et nécessite des caractéristiques techniques dédiées :

  • Les bonnes chaussures de running pour le bitume : la route est un terrain dur qui va vite abîmer vos chaussures et maximiser l’onde de choc. Vous aurez donc besoin de baskets à l’amorti renforcé.
  • Les bonnes chaussures de running pour les chemins : il faudra veiller au maintien proposé par vos baskets et tenter de le conjuguer à une semelle crantée, qui va vous procurer une meilleure adhérence.
  • Les bonnes chaussures de running sur les terrains accidentés : une bonne accroche sera essentielle, mais veillez également à trouver des chaussures de course qui procurent un bon maintien et une bonne protection contre les intempéries et aussi les passages dans la boue.
  • Quel type de coureur êtes-vous ?

    Les caractéristiques de vos chaussures de course à pied dépendront également de la fréquence de vos sorties :

    • Coureur occasionnel : vous débutez en running ou appréciez tout simplement de courir une à deux fois par semaine pour décompresser ? Vous aurez alors besoin de chaussures de course avec un bon amorti (surtout si vous pesez plus de 75 kg) et souples si vous ne courez pas plus de 40 minutes. Au-delà, privilégiez des semelles plus rigides.
    • Coureur régulier : vous courez déjà depuis un certain temps et souhaitez progresser. Vous devrez alors choisir des chaussures running légères et dynamiques qui vous permettront aussi bien de vous améliorer en fractionné que sur de plus longues distances. Amorti et maintien seront également nécessaires.
    • Coureur intensif : au-delà des entraînements, vous êtes un habitué des compétitions. Vous aurez besoin de deux paires de baskets de course . Les premières, pour l’entraînement, auront principalement un bon amorti pour protéger vos articulations lors de vos longues séances. Pour les courses, privilégiez les chaussures à semelles fines et à l’amorti renforcé sur l’avant.
    • Comment choisir la taille de ses baskets de running ?

      Oubliez tout de suite l’idée de choisir des chaussures de running de la même taille que vos chaussures de ville ! Lorsque vous courez, vos pieds gonflent et se déportent vers l’avant. Résultat, avec des baskets de course à votre taille habituelle, vous risquez très vite d’être gêné et, pire, d’avoir des ampoules.

      Pour trouver la bonne taille de baskets pour courir, il est donc important de les essayer afin de s’assurer que vous disposez bien d’un peu d’espace entre votre gros orteil et le bout de votre chaussure. On conseille souvent de prendre une pointure de plus que pour ses chaussures quotidiennes.

      Astuce : le bon moment pour choisir ses chaussures de running.

      Pour vous approcher au plus près de l’état de vos pieds en pleine course, pensez à essayer et choisir vos baskets de running en fin de journée, lorsque vos pieds auront un peu gonflé.

      Quand changer ses chaussures de running ?

      Vous aurez beau choisir des chaussures de running parfaites , elles s’useront inévitablement. Pour éviter inconfort et blessure, il est indispensable de les changer dès que :

      • La semelle intermédiaire (blanche) apparaît ;
      • Le contrefort bouge ;
      • La semelle intermédiaire est devenue si souple qu’elle se plie ;
      • La semelle extérieure s’use plus d’un côté que de l’autre ;
      • Vos orteils touchent le bout de la basket ;
      • La tige est craquée.

      On estime en général qu’une paire de baskets de running classique peut durer 700 à 800 km. L’estimation pour les modèles de compétition est de 500 km. Cependant, ces chiffres varient en fonction du modèle, du gabarit du coureur, de son type de foulée et de la surface sur laquelle il évolue. Il est donc important de se fier à ses sensations pour savoir quand il est temps de changer de baskets.

      Choisir ses chaussures de running nécessite une attention toute particulière. Pour trouver le modèle de vos rêves, vous devrez prendre en considération de nombreux facteurs. Pour des sorties réussies, votre basket de course devra conjuguer rigidité adaptée, amorti optimal, confort et résistance à toute épreuve.

      Les trois points-clés pour bien choisir ses chaussures de running:
      1. Pour choisir ses chaussures de running , il faut tout d’abord déterminer quel est votre type de foulée : supinatrice, pronatrice ou universelle.
      2. Vos chaussures de course devront posséder un amorti adapté à votre morphologie.
      3. Pour que vos chaussures de running soient confortables, vous devrez choisir un modèle dont les spécificités techniques sont adaptées au terrain sur lequel vous courez.