Ekosport, n°1 du sport Outdoor
Le n°1 du Sport Outdoor en Europe : Partenaire de la Fédération Française de Ski

Comment choisir son casque de ski ?

Élément central dans la prévention des accidents de ski, le casque est de plus en plus adopté par les skieurs et snowboardeurs quel que soit leur niveau. Il est temps vous aussi de vous y mettre et de découvrir comment choisir son casque de ski.

Un casque de ski, comment ça marche ?

Le casque de ski est bien évidemment un atout pour votre sécurité, mais il doit aussi vous tenir chaud (mais pas trop) lors de toutes vos sorties sur les pistes. Pour assurer ces deux missions et vous mettre à l’abri des rochers, arbres, chutes en tout genre mais aussi du froid, le casque de ski est composé de deux parties.

L’extérieur consiste en une surface rigide qui résiste aux impacts et aux objets tranchants tout en dispersant la force du choc sur toute sa surface. En dessous, on retrouve une doublure qui fait office d’amortisseur. Souvent composée de polystyrène expansé (EPS), elle absorbe le choc en se comprimant. Elle est recouverte d’une mousse, souvent amovible pour faciliter l’entretien, qui vous isolera du froid.

Choisir son casque de ski : une question de taille

La première chose à faire avant de choisir son casque de ski est de connaître son tour de tête. Vous vous demandez comment mesurer la taille de sa tête ? Rien de plus simple ! Il suffit de se munir d’un mètre ruban et de le passer autour de son crâne en passant juste au-dessus des oreilles, des sourcils et sur l’occiput, la partie la plus large du crâne à l’arrière de la tête. On peut également mesurer la taille de sa tête avec un simple ruban. Il suffira ensuite de le mesurer à plat à l’aide d’une règle ou d’un mètre déroulant.

Pour savoir si vous avez choisi la bonne taille de casque de ski, enfilez-le et secouez la tête : votre casque ne doit pas bouger. Par ailleurs, vous devez pouvoir mettre votre masque ou vos lunettes de soleil sans encombre. Enfin, vous devez sentir votre tête maintenue, mais sans aucune sensation de compression, que ce soit au niveau du crâne ou de la mâchoire.


Trouver la bonne ventilation pour son casque de ski

choisir son casque de ski, il faut trouver le modèle qui vous tiendra chaud, mais pas trop non plus ! Selon l’intensité de vos efforts, la saison, mais aussi votre propension à transpirer de la tête, vous devrez choisir un casque de ski qui dispose de la bonne ventilation. Selon le nombre d’ouvertures présentes dans la coque, la ventilation sera plus ou moins importante. Entre 2 et 8 trous, la ventilation est considérée comme bonne et, au-delà, comme optimale. Vous pourrez également choisir un casque à ventilation active dont vous pourrez fermer certaines ouvertures pour adapter le flux d’air entrant à vos besoins.

Les casques poids plume, ça existe !

Une fois que vous avez trouvé la bonne taille de casque de ski, et décidé quel type de ventilation vous conviendra, vient la question du poids. De nombreux skieurs évoquent la lourdeur de certains équipements. En la matière, de grands progrès ont été faits avec l’apparition de casque « In Mold ». Cette technologie permet de fusionner la coque externe avec la couche interne d’EPS, ce qui implique un gain de poids non négligeable, mais permet également de proposer un système de ventilation et une diffusion de l’onde de choc plus efficaces.

Pas de panique pour autant, choisir son casque de ski avec un moulage classique (plus abordable financièrement) n’impliquera pas un casque lourd puisque, pour un casque adulte, on considère qu’une masse de 520 g ou plus est un poids normal et de nombreux modèles classiques entrent dans cette catégorie.

Pour les skieurs à la recherche de toujours plus de légèreté, il faudra se diriger vers les accessoires pesant entre 450 g et 520 g pour un casque léger et 360 g à 450 g pour un modèle dit très léger dans une taille de casque de ski L.

Choisir un casque de ski avec ou sans visière ?

L’autre avantage du casque de ski est qu’il peut vous permettre de vous passer de masque ou de lunettes de soleil. Ainsi, les porteurs de lunettes qui n’aiment pas dévaler les pistes avec des lentilles, se dirigeront vers un casque à visière qui leur permettra de porter leurs lunettes de vue. Par ailleurs, de nombreux casques de ski sont vendus avec différentes visières ; un bon moyen de skier par tout temps avec une protection optimale. Pour ceux qui possèdent déjà un masque de ski, alors l’option sans visière s’impose.

Bon à savoir : masque ou lunettes pour aller avec un casque ?

Il est tout à fait possible de porter des lunettes de soleil sous son casque ; cependant, même si vous choisissez la bonne taille de casque de ski, vous pourrez ressentir une gêne au fil des heures, c’est pourquoi il est préférable de porter un masque.

Les options intéressantes pour choisir son casque de ski

  • Garniture : pour des questions d’hygiène et d’entretien, il est préférable de choisir un casque de ski à garniture amovible ou détachable afin de les laver facilement.
  • Coussinets réglables : cette option vous permet d’utiliser plus ou moins d’éléments de la garniture afin de « mouler » l’intérieur de votre casque à la forme de votre tête, mais aussi de disposer de plus ou moins d’isolation contre le froid.
  • La caméra intégrée : afin de profiter de toute la technologie mise en œuvre pour protéger votre tête, il est conseillé de ne pas fixer de caméra à son casque de ski. Si vous souhaitez filmer vos exploits sur ou hors-piste, dirigez-vous vers un casque à caméra intégrée.
  • Le casque de ski intelligent : pour suivre vos performances en temps réel, vous trouverez des casques de ski vous donnant différentes statistiques comme votre vitesse, la distance parcourue ou encore l’altitude.
  • La communication : pour rester branché même sur les sommets, il existe des casques de ski avec micro intégré, Bluetooth et système audio pour prendre vos appels et écouter vos morceaux préférés. Des casques avec kit audio intégré dans les pads oreillettes vous permettront de vous raccorder à votre smartphone pour des intermèdes musicaux le temps d’un vin chaud.
Bon à savoir : quand changer son casque de ski ?

Si votre casque a subi un choc important, il est important de le remplacer. En effet, même si la coque extérieure ne présente aucune trace, le matériau d’absorption a, lui, peut-être subi des dommages. Quand tout va bien, il est possible de ne changer son casque de ski que tous les 5 ans.

Si le port du casque de ski n’est pas obligatoire, il s’est imposé comme un geste sécurité incontournable. Pour choisir son casque de ski, il suffit d’un peu de patience pour mesurer la taille de sa tête et vous pourrez ensuite filer sur les pistes parfaitement protégé.

Les trois points-clés à retenir pour savoir comment choisir son casque de ski :
  1. La première chose à faire est de connaître sa taille de casque de ski.
  2. Les éléments principaux sur lesquels il faut trancher au moment de choisir son casque de ski sont la ventilation, le poids et la visière.
  3. Pour plus de confort et de plaisir, les caques de ski proposent différentes options pour des instants de glisse 100 % plaisir.